Une formation de qualité pour devenir anesthésiste

Le métier d’anesthésiste consiste à endormir les malades avant qu’ils subissent une intervention chirurgicale donnée. Mais il ne fait pas que cela. Avant que le chirurgien commence l’opération proprement dite, il réalise une consultation visant à connaître les antécédents des patients tels que les éventuelles allergies, les traitements en cours, etc., dans le but d’évaluer au mieux tous les risques liés à une anesthésie.

Pour un métier vital

Il a également comme mission d’expliquer aux patients le déroulé de l’intervention, le réveil ainsi que le protocole anti-douleur choisi. Tout cela sert à rassurer les patients qui, en général, appréhendent toujours une opération. Une fois que l’opération commence, l’anesthésiste ne quitte pas son poste car il lui incombe de surveiller les signes vitaux des patients (pression artérielle, fréquence cardiaque, électrocardiogramme, etc.). Si jamais l’état d’un patient se dégrade pendant l’intervention, son rôle est d’injecter les substances qui s’imposent. Et une fois que l’opération est faite, c’est à l’anesthésiste réanimateur de réveiller les patients et de gérer les douleurs post-opératoires. On comprend qu’un anesthésiste est dans l’obligation d’être en étroite collaboration avec les médecins et les chirurgiens.

La formation aussi est vitale

Etant donné les missions très importantes d’un anesthésiste, il est indispensable de suivre des formations pointues et à jour avant de pouvoir accéder à ce poste. En premier, un bac scientifique est requis avant d’intégrer une quelconque formation dans ce domaine. Puis, les postulants doivent suivre un cursus en faculté de médecine qui dure normalement 11 ans. Ce qui montre d’ores et déjà que ce métier requiert énormément de patience et de persévérance, et un désir sincère d’aider les autres, de les soigner. Détaillons ces 11 années d’études. Pour commencer, Il faut faire 6 ans d’études en médecine. Et puis, il faut passer un examen national classant qui n’est pas donné. En cas de réussite à cet examen, ce sont 5 ans d’études spécialisées en anesthésie réanimation qu’il faut suivre et passer un DES ou diplôme d’études spécialisées. Si un élève souhaite se spécialiser davantage, il a la possibilité de préparer un DESC ou diplôme d’études spécialisées complémentaires en réanimation médicale. C’est un diplôme qui est ouvert au DES d’anesthésie réanimation, en cardiologie et en pneumologie.

A savoir avant de suivre les formations

Il faut avoir des qualités de pédagogue et de diplomate avant même d’entamer des formations dans le domaine de l’anesthésie réanimation. Car il faut que l’anesthésiste discute, communique et rassure les patients. Il est également indispensable d’avoir le sens du contact, être réactif et rigoureux. C’est un métier qui ne tolère aucune négligence, puisqu’il y va de la santé, voire de la vie des patients. De plus, le sang-froid est primordial parce qu’il peut être amené à faire face à des situations brusques et qui semblent incontrôlables. Il faut également savoir gérer des situations stressantes et angoissantes, ce qui implique qu’il doit lui-même posséder une maîtrise de soi sans faille. Les perspectives d’embauche sont favorables car peu d’étudiants en médecine s’orientent vers la profession d’anesthésiste réanimateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *